Vous êtes ici

Une ville sécurisée

Sept municipalités du Syndicat d'Agglomération Nouvelle (SAN) de Sénart investissent dans une plateforme de sécurité unifiée pour partager leurs ressources et améliorer la sécurité publique.

Le défi d'entreprise

Sénart est une agglomération créée en 1973. Comme les autres villes nouvelles, elle a été créée pour mettre fin à l'urbanisation anarchique de l'agglomération parisienne et favoriser un développement harmonieux de l'Ile-de-France.

Récemment, le San de Sénart a souhaité élargir à l'échelle du territoire l'initiative de sept communes en matière de vidéosurveillance. Sénart s’est donc dotée de 25 caméras de vidéosurveillance intercommunales. Ces caméras sont réparties aux endroits stratégiques de l'agglomération enregistrant une fréquentation élevée ou un flux de circulation important, tels que les gares et centres commerciaux.

« Ce projet a d’abord été porté par deux villes, Moissy-Cramayel et Combs-la-Ville, qui ont toutes les deux été frappées de façon importante par des vols à main armée. Il a fallu gérer une population excédée, notamment les commerçants de proximité, qui se sont réunis avec leur maire respectif devant la Préfecture pour demander des moyens supplémentaires et ainsi protéger leurs commerces, » précise Christelle Jousselin-Lainé, la directrice du service prévention et sécurité du San de Sénart.

Malgré le renforcement de la Police municipale et la mise en place de moyens de prévention, les élus des communes du SAN de Sénart ont pris conscience de la difficulté à agir sur la progression des atteintes aux commerces. Les premiers édiles ont interpellé le Gouvernement qui est intervenu pour les accompagner dans la mise en place de systèmes de vidéo.

Rassemblés autour de ce projet, les maires respectifs de ces communes ont fait appel à leurs partenaires SNC Lavallin (consultant), Spie Ile-de-France Ouest (intégrateur) et Infodip (distributeur).

À l’issue de l’étude du projet, c’est la plateforme de sécurité unifiée Security Center qui a été choisie. Développé par la société Genetec, Security Center intègre de façon transparente les systèmes de sécurité sur IP (soit la vidéosurveillance, le contrôle d'accès ou d’autres systèmes critiques) dans une solution simple et innovatrice.

Security Center unifie les ressources des communautés

Aujourd’hui, 74 caméras sont gérées par Omnicast, le système de gestion vidéo sur IP de la plate-forme Security Center. La répartition des caméras dômes Sony inclut 21 dômes sur les communes de Cesson, Lieusaint, Nandy et Réau, 13 dômes sur la commune de Vert-Saint-Denis, 23 dômes sur la commune de Moissy-Cramayel, et 17 Dômes sur la commune de Comb-la-Ville. L’ensemble des caméras sont surveillées au Centre de supervision urbain intercommunal (CSUI), où l’accès est géré par la solution de contrôle d'accès de Security Center, Synergis. Le CSUI est un service du San qui est situé au cœur de la Ville nouvelle, sur le Carré Sénart.

« Cinq postes, dont deux opérateurs en continu, sont occupés par les agents de la filière technique du San — et non les agents de la Police Municipale qui doivent être sur le terrain. Six grands écrans enregistrent les images qui sont transmises aux forces de l’ordre en cas de réquisition, » précise Christelle Jousselin-Lainé. « Le CSUI fonctionne 24 h/24 car les policiers municipaux et nationaux ont des postes de visionnage dits PVU (postes de visionnage urbain), c’est-à-dire qu’ils peuvent visionner les images en journée mais pas les enregistrer. Dans tous les cas, les agents du San sont toujours en relation constante avec la police municipale et nationale. »

Avec ses fonctionnalités avancées, Security Center a répondu aux besoins du client. Grâce à sa grande évolutivité sur IP et sa capacité à fédérer jusqu’à des milliers de systèmes distants, Security Center a été choisi comme la solution idéale pour la surveillance urbaine et les services de surveillance centralisés. De nombreux clients indépendants peuvent ainsi être surveillés de manière centralisée, sans sacrifier l’indépendance des opérations de sécurité locales.

En plus de la surveillance centralisée, la fonctionnalité « Fédération » de Security Center permet la gestion globale des alarmes, la génération de rapports prenant en compte l’activité des sites distants et les fuseaux horaires, la vidéosurveillance en temps réel ainsi que le visionnage de vidéo enregistrée. L’un des avantages clés de la Fédération est la réduction des coûts de surveillance pour la ville, car les services de sécurité peuvent optimiser leurs ressources durant les pics d’activité ou les heures creuses.

Plan Manager, un module Security Center qui ajoute des fonctionnalités de cartographie interactives, a aussi permis au San Sénart d’améliorer l’efficacité des opérateurs pour la surveillance et le traitement d’événements en temps réel. Plan Manager aide à gérer de manière intuitive les caméras, portes, appareils de détection d'intrusion et autres systèmes de sécurité dans les villes étendues.

Les avantages de la nouvelle solution deviennent tangibles

« Aujourd’hui, nous pouvons dire que depuis que les caméras sont installées dans les endroits frappés par une délinquance de voie publique importante, cela donne des résultats considérables. Sur Moissy-Cramayel, nous avions un taux de délinquance de 73%, avec une délinquance de rue, des dégradations, des vols à la roulotte, des vols à main armée en nombre inquiétant. Nous avons quadrillé tout le centre-ville et protégé les commerces avec des caméras. L’impact a été considérable : en l’espace de dix mois, la délinquance de voie publique a diminué de près de 43 %. Il y avait véritablement un besoin et une configuration d’aménagement du centre-ville qui permettait aux caméras d’avoir un impact réel, » détaille Christelle Jousselin-Lainé.

Sur Sénart, les forces de sécurité utilisent aussi la vidéo pour se protéger eux-mêmes : quand ils partent en mission pour effectuer une opération de sécurité routière ou de contrôle dans un hall d’immeuble, par exemple, ils appellent le CSUI pour demander aux opérateurs d’être vigilants et de repérer tout attroupement.

« Il existe une véritable dynamique sur Sénart. Pour le coup, les résultats ne sont pas tant en termes de baisse de la délinquance, mais en termes de nouvel outil pour accompagner les opérations de police de façon différente et complémentaire, » souligne Christelle Jousselin-Lainé.

Concernant la question de l’extension du projet, la directrice du service prévention et sécurité du San de Sénart conclut : « Nous avons pensé le système pour que, demain, toute extension du dispositif avec de nouvelles caméras ait un coût minimum en termes d’investissement. Aujourd’hui, toute la fibre traverse déjà l’ensemble de la ville nouvelle. Ainsi, le coût à venir des nouvelles caméras - sept sont en cours de validation à la Préfecture pour être installées fin 2014 - sera extrêmement faible car nous avons vraiment investi sur l’avenir, » souligne la directrice du service prévention et sécurité du San de Sénart.